Instal­la­tion du pro­jet BRAMS chez Olym­pus Mons

Après une entre­vue à l’Euro­Space Cen­ter avec Hervé LAMY et moultes échanges de mails, Francesco et Pier­reM sont par­venus à faire installer à l’UMONS une sta­tion d’observation des météores. Grâce à l’UMONS, il s’agit faire par­ticiper notre Cer­cle Olym­pus Mons au Pro­jet BRAMS.

Hervé LAMY et Francesco LO BUE

BRAMS ? Bel­gian RAdio Meteor Sta­tions., c’est un ensem­ble de sta­tions qui scru­tent le ciel afin d’étudier la pop­u­la­tion des météoroïdes.

Ces sta­tions sont coor­don­nées par l’Insti­tut d’Aéronomie Spa­tiale de Bel­gique (BISA), sous la direc­tion d’Hervé LAMY, chef de pro­jet, et sous l’égide du Solar Ter­res­trial Cen­tre of Excel­lence (STCE). Ses mis­sions sont à la fois sim­ples et ter­ri­ble­ment ambitieuse. « Il s’agit ni plus ni moins d’acquérir une exper­tise sci­en­tifique et tech­nologique en ce qui con­cerne la physique et la chimie des atmo­sphères et de l’action du Soleil sur celles-ci. ». Leur exper­tise ne nour­rit pas unique­ment le milieu académique. Elle est mise à la dis­po­si­tion des pou­voirs publics, de toute autres autorités com­pé­tentes et des citoyens. Au bout du compte, les travaux des sci­en­tifiques de l’Institut béné­fi­cient plus large­ment encore à l’ensemble de l’Humanité.

Nageant à tra­vers les arcanes de l’Umons, de ses règle­ments et de ses dif­férents ser­vices, Francesco a fourni un tra­vail insti­tu­tion­nel extrème­ment soutenu et a per­mis de tenir notre souhait de voir cette expéri­ence devenir opéra­tionnelle avant le 8 octo­bre, nuit réputée « à haute den­sité » d’étoiles filantes. Pari tenu: 1 mois. Bravo et merci à lui.

Con­crète­ment, ce lundi 26 /9/2011 au matin, débar­quent Hervé et son équipe de 3 per­son­nes, accueil­lis par Francesco , PierreD et Pier­reM, et prêts à trans­former le bâti­ment 6 de fond en comble si besoin était ; il faut installer sur le toit une antenne d’environ 3×3 m ; à tra­vers les pla­fonds et un bureau situé sous l’antenne, il faut la câbler à un récep­teur d’ondes cour­tes IC-R75 ; la sor­tie de cet appareil est injec­tée dans l’entrée son d’un ordi­na­teur qui fait tourner le logi­ciel Spec­trum Lab.

Ce pro­gramme, un véri­ta­ble analy­seur de spec­tre, affiche le sig­nal reçu de l’antenne, comme le fait un « radar ». Simul­tané­ment, il enreg­istre en per­ma­nence les sig­naux et cet ensem­ble de data est envoyé 1 fois par mois au BISA qui col­la­tionne les don­nées des plus de 20 sta­tions actuelle­ment équipées et dis­séminées en Belgique.

Un récep­teur GPS branché sur le PC assure l’indispensable et exacte référence temps, la même pour toutes les sta­tions évidemment.

Le traite­ment devrait ren­seigner sur le nom­bre et surtout les tra­jec­toires des météores. Tra­vail déli­cat dans la mesure où notre ciel est aussi très par­couru par une mul­ti­tude d’avions, dessi­nant sur l’écran une foi­son de courbes en « s » par­faite­ment inutiles.

La par­tic­i­pa­tion aussi tech­nique (pas­sage du câble de descente) que mus­clée de PierreD a per­mis de pou­voir mon­ter des blocs de béton sur le toit afin de lester le pied d’antenne. Impres­sion­nant, dans l’étroite chem­inée menant du couloir au toit ainsi que sur l’échelle accolée au mur de la cab­ine tech­nique de l’ascenseur, sur le toit d’où la vue superbe sur la Ville et les bâti­ments de l’UMons nous a sou­vent servi de pré­texte à souf­fler un peu.

Instal­la­tion, cal­i­bra­tion de l’antenne, con­fig­u­ra­tion élec­tron­ique des cir­cuits et de l’ordinateur, dif­férentes mises au point nous ont amené à 16 heures sans nous en ren­dre compte !

Merci à Soizic pour son “déli­cieux” sou­tien logis­tique et à Francesco pour ses aman­des laquées…(made in Sicily, surely?)

Four­bus mais heureux, à ce moment-là l’éclat de plaisir dans nos yeux n’avait plus rien à envier à l’éclat de lumière des météores.

Mons, le 26 sep­tem­bre 2011

Réglage du ROS

Téléphone : +32 65 37 38 40
Mail : astronomie@umons.ac.be
UMONS, 24, Avenue du Champ de Mars
Bât 6, 7000 Mons