Soirée du samedi 5 août

Début de soirée, la dernière de la mis­sion S36 Olym­pus Mons. Les mon­tois accueil­lent les parisiens !

Gau­thier, Maxime et les autres nous pré­par­ent un excel­lent repas spaghet­tis sauce bolog­nese… Pas sim­ple pour­tant de cuire des pâtes pour vingt bouches affamées, à 3000 m d’altitude avec une eau qui bout à 87 et non à 100°C ! Heureuse­ment, le savoir-faire et la créa­tiv­ité de Gau­thier parvien­dront à faire de ce diner une superbe réussite !

Le dessert à peine dévoré, les fous d’étoiles quit­tent la salle com­mune, se pré­cip­i­tent à l’exérieur comme ensor­celés par le puis­sant appel d’un ciel par­faite­ment noir à la pureté excep­tion­nelle. La plate­forme devant la sta­tion voit fleurir mon­tures et autres dobsons.

  

Giuseppe et moi déci­dons de jouer la carte de la rai­son : la route du retour est longue et nous devons nous lever de bonne heure… Je ne peux cepen­dant m’empêcher de jeter un dernier coup d’œil rapide au ciel. Et c’est le choc visuel. Ce soir, le ciel du Pic est digne de celui des meilleurs plané­tar­i­ums. Tout y est… pureté, noirceur, Voie lac­tée, Sagit­taire, nom­breux objets du ciel pro­fond vis­i­bles à l’œil nu… Une pure mer­veille. Seul petit bémol : l’horizon Est est légère­ment éclairé par la lumière par­a­site de Turin la transalpine.

Ambiance des grands jours : instal­lés non loin de la coupole du T62, Jo et Pierre s’en don­nent à cœur joie. L’équipe parisi­enne s’active quant à elle autour de ses instru­ments. Quelle mag­nifique début de mis­sion pour eux !

Je tente de retrou­ver Maxime, Christophe et Gau­thier, mais en vain… C’est qu’on n’y voit pas grand-chose à l’extérieur….

Je ren­tre me coucher. Quelques heures plus tard, Maxime ren­tre dans la cham­bre, ent­hou­si­aste : « nous avons réussi à pho­togra­phier des galax­ies… sans téle­scope, unique­ment avec l’appareil photo sur une mon­ture ! C’est extra­or­di­naire ! ». Effec­tive­ment, armés d’un zoom de 200 mm de focale, Christophe et Max réus­sis­sent à cap­turer M31 et sa galaxie satel­lite M110, les deux galax­ies M81 et M82 dans la Grande Ourse et même faire appa­raitre la célèbre struc­ture spi­rale de la galaxie du Tour­bil­lon. Petit coup de cœur pour leur photo de la Voie lac­tée illu­minée par la nébuleuse de la Lagune M8 joux­tant la petite nébuleuse Tri­fide M20.

« J’ai vrai­ment envie de me lancer dans la pho­togra­phie du ciel pro­fond désor­mais ». Et dire qu’il y 6 jours à peine, Maxime ne con­nais­sait de la photo que la touche « full auto­matic », quel chemin parcouru !

Clô­turer une telle semaine par un ciel aussi grandiose est un superbe cadeau…. Même si nous ne pou­vons en prof­iter rélle­ment. Mais il est clair que nous revien­drons, et que nous repren­drons l’exploration de notre immense Univers.

Après une courte nuit de repos, toute l’équipe est prêt à descen­dre de la grande mon­tagne. Les voitures sont chargées. Le ciel est encore d’une pureté jamais ren­con­trée depuis le début du séjour. Les couleurs sont incroy­ables. Dans quelques min­utes, le rayon bleu fera son appari­tion. Nous déci­dons d’attendre quelques min­utes pour col­lecter ces derniers pho­tons azur.

Le rayon bleu est au rendez-vous. Whaow.

That’s all folks ! Quelle mission !

Nous quit­tons l’observatoire, avec une seule cer­ti­tude, nous revien­drons. C’est que nous com­mençons à devenir accroc.

Nous quit­tons le mas­sif des Alpes pour le monde des ter­rils. Nous empor­tons avec nous 210 gigas de pho­tos et vidéos… Nous sommes impa­tients de les traiter.

Prochain rendez-vous, la réu­nion pré-hivernale à l’Observatoire de Paris-Meudon, où nous pour­rons retrou­ver Dominique et tous les amis d’AstroQueyras !

Merci à toutes celles et ceux qui ont rendu cette mis­sion et cette organ­i­sa­tion possible !

Et merci à Astro­Queyras d’exister et de fonc­tion­ner aussi efficacement !

Cieli sereni,

Francesco Lo Bue, Sep­tem­bre 2015

Téléphone : +32 65 37 38 40
Mail : astronomie@umons.ac.be
UMONS, 24, Avenue du Champ de Mars
Bât 6, 7000 Mons