Samedi 5 mai 2018, à 20h, je regarde le site de notre ami météorologue Fabian Debal: vert-bleu / vert-bleu / vert-bleu ! Très bonnes conditions ! Wow !  N’ayant trouvé aucun astram pour aller à Beloeil, je décide de sortir le télescope dans le jardin. Le site n’est pas aussi bien que là-bas mais c’est correct quand même.
L’idée principale est de s’entraîner au repérage d’objets du ciel profond en manuel en vue du concours de pointage organisé par l’Observatoire Centre Ardennes à l’occasion de l’édition des RACA 2018. Ainsi, le but n’est pas de détailler les objets visés mais de rester au maximum 3-4 minutes sur chaque cible.
Je m’arme donc de l’oculaire Hyperion asphérique 36 mm ( qui donne un champ de 1,29°), et des hyperion 17 mm et 10 mm pour quand même grossir un peu une fois les galaxies et autres repérées. Le télescope est monté et collimaté au laser en moins de 15 minutes. Vénus est à ce moment derrière l’arbre des voisins, dommage !

Début des hostilités vers 23h. Le vent est tombé mais les étoiles présentent pas mal de scintillement. L’ Atlas Des Constellations et le Pocket Sky Atlas sont prêts.

Je commence avec la constellation du Cancer  et l’étoile double Iota. Facile, cette étoile est visible à l’œil nu malgré un ciel pas encore noir. La mise en température (ou le seeing) n’est pas exceptionnel mais cela sera bien plus que suffisant.

Suivent l’amas ouvert M44, qui ne rentre pas en entièrment dans le champ de 1.29° du 36 mm et M67. Je passe ensuite à la constellation du Lion. Le chant des grenouilles accompagnent à merveille cette balade nocturne dans le ciel étoilé.
Les étoiles doubles Gamma et 54 leo précédent les galaxies suivantes: M65, M66, M95, M96, M105, NGC2903, NGC3190, NGC3227, NGC3377, NGC3596 et NGC3628.
Soudain, une espèce de cri animal, derrière moi, me fait sursauter. Mon œil gauche écarquillé ( le droit étant caché par un cache-oeil de pirate) cherche dans le noir l’origine du bruit lorsque surgit de par-dessus le mur une silhouette fantomatique blanchâtre qui passe dans un silence total à peine 2 mètres au dessus de ma tête… Une chouette effraie. Wow, super!
Toujours guidé par l’ Atlas Des Constellations je passe à la Chevelure de Bérénice. L’amas ouvert Mel 111 est visible à l’œil nu, il est superbe dans le chercheur 9×50. Viennent ensuite les amas ouverts M53 et NGC4147. Je ne trouve pas NGC5053. Grrrr! Pourtant j’étais au bon endroit. Enfin, c’est ce que je pense.
J’allais passer aux galaxies quand j’ai vu la constellation du Corbeau au dessus du toit de la grange. Hop, un petit coup d’oeil à M104. Génial, la bande de gaz centrale est très bien visible même en vision directe.

Retour dans Coma Bérénice et les galaxies M64 et son centre tout noir lui valant son surnom de galaxie de l’œil noir, M85, M88, M91, M98, M91, M98, M99, M100, NGC4725, NGC4559 et finalement NGC4565. La galaxie de l’aiguille. Trouvée en 15 secondes alors qu’aux RACA 2017 elle m’avait fait perdre le concours car pas repérée. Tssss. Magique dans le Dobson de 400mm à 200x.
Comme j’étais à côté de la constellation de la Vierge, j’en ai profité pour observer son super amas. Pfouaaa, cela grouille de galaxies. Ont été vues les objets suivants : M49, M58, M59, M61, M84, M86, M87, M89, M90. NGC4438 et NGC4435. Elle a de beaux yeux la Vierge ! Bien fait de zieuter M104 avant car elle était cachée par le toit de la grange. Mais un gros point brillant vient de le dépasser : Jupiter ! Ça sera pour plus tard dans la nuit.
Au tour des Chiens de Chasse. D’abord Cor Caroli, une belle étoile binaire bien colorée. Puis l’amas globulaire M3 est éblouissant ! Les galaxies M63, M94, M106, NGC4258, NGC4244, NGC4395, NGC4490, NGC4656, NGC5005 , et NGC5053 passent dans l’oculaire. La galaxie de la baleine (NGC4631) est bien là, avec sa grosse panse de cétacé. Suit M51: wow ! Bras spiraux en vision directe et pont de matière bien discernable en vision décalée. Incroyable !
Jupiter : instantanément je perds ma vision nocturne tant elle est brillante ! Les bandes principales sont bien visibles mais le seeing est médiocre car elle est postée au-dessus de la toiture du voisin qui, chauffée toute la journée, crée des tourbillons d’air en refroidissant. Je pousse quand même le grossissement jusqu’à 400x. Il faut être patient pour voir apparaître les autres bandes nuageuses.
Je commence à fatiguer. Je lève les yeux et aperçois un quadrilatère familier: Hercule. Je tente l’amas M13? Bah, aller, un dernier pour la route. Je suis toujours à 400x et le pointe avec le chercheur. Je mets mon œil dans l’oculaire et là, boum! J’ai un mouvement de recul tant l’étonnement est grand ! M13 occupe tout le champ ! Détaillé jusqu’au centre. Le Y sombre est bien visible en vision directe.

Je retourne vite fait sur Jupiter. Mais ? Qu’est ce que c’est ? Un gros point blanc, très brillant est juste contre le limbe de la géante. C’est un satellite. Je le regarde s’éloigner un peu.
Il est 2h45. Il est l’heure de remballer le matériel et d’aller dormir.
Je ne sais pas si je peux déjà considérer cette observation comme la meilleure de l’année mais je m’en souviendrai ! Un véritable feu d’artifice galactique !

Nicolas Grutier.

Téléphone : +32 65 37 38 40
Mail : astronomie@umons.ac.be
UMONS, 24, Avenue du Champ de Mars
Bât 6, 7000 Mons